AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


avatar
Invité
Invité
message posté : Dim 11 Juin - 1:12


this is homework, not a party
science buddies
La douleur. Toujours là. Toujours présente. Cette douleur présente depuis qu'il n'était plus là. On lui avait dit que ça passerait avec le temps, que ce n'était que temporaire. Elle avait l'impression qu'on se moquait d'elle. A croire qu'il parlait d'une simple rupture, qu'il parlait d'un simple départ qu'elle pouvait oublier. Sans doute qu'elle voulait y croire. Sans doute qu'elle voulait penser que ce vide allait se combler. Et puis les semaine ont passé. Ce vide, cette douleur, était là. La douleur qui la réveille la nuit. La douleur qui vient s'incruster dans ses rêves, les transformant en cauchemar. Et chaque matin, elle se réveillait avec cette sensation de manque. Elle se réveillait avec cette sensation d'attendre quelque chose, d'attendre quelque chose, d'attendre quelqu'un qu'elle sait pertinemment qu'il ne reviendra plus jamais. C'était donc un bien beau mensonge. Et pourtant, elle doit ne rien montrer. Elle doit faire comme si le deuil est passé. Parce que normalement, elle aurait dû le faire après toutes ces semaines.

Meira qui reste à regarder le plafond, se demandant si ce n'est pas mieux pour elle de rester là toute la journée. Après tout, personne ne le remarquerait. Et les rêveries ont cessé lorsque le téléphone s'est mis à sonner. Un message. Lèvres qui commencent à s'étirer doucement pour dessiner un faible sourire. Le gamin à peine plus âgé qui lui demande de venir au labo. Mira qui demande de l'aide . Ce ne serait pas si étonnant. Gamin qui demande toujours s'il a bon, s'il n'a pas fait d'erreur. Alors qu'il a juste à chaque fois. Et Meira qui taquine avant de recevoir la vérité en face. Un oubli. Meira qui va devoir se lever de son lit, qui va devoir affronter la triste réalité. Meira qui fait au plus vite, qui ne veut pas faire attendre le gamin.

Et la brune qui arrive à l'université en courant, qui monte les marches sans doute un peu trop vite, manquant de le dévaler à l'envers, se rattrapant du mieux qu'elle le pouvait. Et elle était arrivé au labo. Mira était déjà présent, le nez plongé sur la feuille. Et là, elle était là, pas encore totalement réveillée, les cheveux qui étaient loin d'être peigné. Une chevelure qui semblait avoir pris son indépendance. Des cernes qui étaient plus que présents. « T'as vu je suis arrivée vite. » Sourire en coin qui se dessina rapidement sur le visage de la jeune Rosenbach. A vrai dire, si elle avait pu venir en pyjama pour faire au plus vite, elle l'aurait sans doute fait. « Bon attaquons ce travail de groupe. Avec nos deux cerveaux, je suis sûre qu'on peut le terminer rapidement. » Meira qui s'installe à ses côtés, mettant les lunettes de protections avant de regarder Mira, sourire malicieux sur son visage avant de venir passer sa main dans la chevelure brune du gamin pour la rendre moins sage. « Tu ressembles à un scientifique fou maintenant. On peut commencer. » Et le regard de Meira était allé vers la feuille. Regard déterminée, comme si elle était décidée à en découdre avec ce travail. Enfin, elle était décidée à en découdre, jusqu'à ce qu'elle lise les premières lignes. Peut-être que ça n'allait pas être si simple qu'elle ne l'avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
TRUE LOVE ISN’T FOUND IT’S BUILT

à philadephie depuis : 05/06/2017

pétales tombées : 0

fleurs cueillies : 331


pseudo, prénom : ursa-dawn

faceclaim : Logan Lerman

crédits : Killer from a gang, exception


occupation : vendeur dans une librairie


Being brave is not about never being afraid, is about what you do when you are


supermarket flowers' files
marque d'âme: “There was a prince with flowers in his hair and punk in his heart, there was also, a knight with black shirts and love in his eyes, results incredibly how much they love each other” sur les cotes du côté droit comme un tatouage à l'encre noire.
animal totem: hedgehog (hérisson commun)
fleur préférée: camelia
http://supermarketflowers.forumactif.org/t465-my-god-he-gasped-y http://supermarketflowers.forumactif.org/t471-weirdchild
message posté : Sam 17 Juin - 22:38


this is homework, not a party
science buddies
Gamin qui observe sa feuille comme si elle allait le manger. Des règles, des ingrédients, une formule chimique à découvrir, à inscrire. T’aimerais mieux coucher des mots sur papiers, t’aimerais mieux dire ce que tu penses, mais t’es qu’un gamin paumé qui appelle une amie pour qu’elle t’aide. Amie, celle que tu vois qui sourit toujours mais qui a les larmes qui coulent quand tu ne regardes pas, amie a la voix écorchée par ses sanglots, amie qui fait semblant d’être enjouée, d’aller bien, d’être sur la bonne planète. Elle fait semblant, toujours trop semblant, elle fait comme toi, elle se cache derrière un masque magnifiquement imparfait, comme du sang coulant dans une flaque de lait. Elle est belle Meira, son masque qui se fragilise avec le temps. Meira et sa beauté qui t’intrigue, qui te panique. Meira elle est belle mais en même temps elle est rendue laide par sa tristesse, comme une blessure pas bien refermée qui rend plus pâle sa peau, comme si était seulement une enfant un peu trop paumée. T’aimerais qu’elle ait un sourire vrai qu’elle te tende la main comme si tu l’aidais, mais tu ne peux pas, parce que tu sais que sa douleur te dépasse, parce que tu sais que sa douleur est due à une perte d’âme sœur, elle n’a rien dit, n’a besoin de rien dire, c’est juste une chose que tu vois, que tu sens, que tu remarques, comme cette marque sur cette épaule trop peu souvent dénudée. Tu remarques, tu sais, tu observes, parfois on te dit que t’es un peu trop détaché, mais tu fais pas exprès t’es juste comme ça.
Meira elle est toujours souriante, Meira elle est toujours égale à elle-même, mais Meira elle souffre et elle aimerait mourir. T’as envie de pleurer, parce que tu vois une chose dans ses yeux qui dépassent l’entendement, ce n'était pas difficile de deviner, faut dire que t’as l’habitude, que tu remarques tout chez tout le monde, on dit que t’es empathique, tu penses que tu décris simplement ce qui est aux yeux de tous. Alors tu l’as appelé Meira, pour finir ce TP et pour la voir sourire, parce qu’elle est ta meilleure amie et que tu ne veux pas qu’elle fasse comme toi, qu’elle reste dans son lit pour toujours avec des idées noires. Tu lui souris à Meira quand elle arrive, un sourire un peu trop timide et discret. Les cernes sous les yeux de ton amie qui te trouble, tu veux pas la regarder dans les yeux. La main de Meira dans tes cheveux, elle ébouriffe ta crinière de jais, et tu te décales même pas, tu ne hurles pas, tu commences à avoir l’habitude et si ça lui fait plaisir, tant mieux.

« Alors, potassium, fluor ou sodium ? »

Sourire doux sur les lèvres, tu sais qu’elle va se tromper et sans doute provoquer une explosion, mais tu veux juste qu’elle soit heureuse.

_________________

- Chaque nuits, au fond de tes yeux -
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Lun 26 Juin - 20:38


this is homework, not a party
science buddies
Meira, elle ne va pas bien. C'est marqué sur son visage. Elle n'était plus aussi souriante. Les cernes était beaucoup trop présente. Mais elle fait tout comme. Elle fait comme si ce n'était que passager. Après tout, les cernes étaient sans doute dû à cause des examens de fin d'année. Peut-être qu'elle étudiait un peu trop pour pouvoir réussir, pour à ne pas avoir subir d'échec. Après tout, c'était comme ça chez les Rosenbach. L'échec était interdit. Il fallait être absolument parfait, quelque soit le domaine. Ouais, c'était sans doute pour ça qu'elle n'allait pas si bien que ça. Parce que cette peur de l'échec était présente. Elle ne niait pas. Sans doute parce qu'elle n'avait pas envie de parler de ses problèmes. Après tout, la brune elle s'en fiche d'être parfaite. Elle se fiche de l'image qu'elle peut donner. Elle n'est pas comme ses parents. Et jamais, elle ne voudrait le devenir. Meira, elle ne va pas bien, tout simplement parce que cette douleur est encore présente. Cette douleur qui s'accentue de jour en jour. Ce manque. On lui avait que ça allait s'arranger. Si c'était le cas, pourquoi elle se mettait à pleurer la nuit. Pourquoi certaines pensées lui viendrait à l'esprit. Ce n'est qu'une phase. Cela va passer. Elle se l'est dit tellement de fois, comme pour se convaincre que ça allait fonctionner. A croire que non. Alors, lorsqu'elle est arrivée dans le laboratoire de sciences, Mira pouvait très clairement le remarquer que Meira n'était pas si bien que ça. Ce sourire qui était un peu trop forcé. Les cernes un peu plus prononcé que d'habitude. Et surtout les yeux un peu plus rougis que d'habitude à cause des larmes qu'elle avait pu verser. Mais la jeune Rosenbach ne voulait pas inquiéter le Norvégien. Elle allait être la Meira qu'il avait toujours connu. Celle qui était souriante. Celle qui faisait des blagues plus que douteuse. Alors oui, elle était rentrée dans ce laboratoire avec ce visage qui montrait qu'elle n'allait pas si bien que ça, mais pourtant un grand sourire – et sincère – était présent sur son visage. Après tout, elle était avec Mira. Ca ne pouvait bien que se passer.

Et puis, elle a commencé à lire le tp qu'ils devaient faire et rendre. Une feuille où une autre langue semblait être inscrit. Elle avait beau lire et relire les mots, elle n'arrivait pas à comprendre. Ce n'était pas si compliqué pourtant, mais la brune n'arrivait pas à faire les connexions. Elle restait là, les yeux fixé sur cette feuille comme si la réponse allait lui être donné par le saint esprit. « Alors, potassium, fluor ou sodium ? » La voix de Mira, avec son accent légèrement prononcé, l'avait fait sortir des ses pensées. Un peu trop violemment, puisqu'elle s'était mise à sursauter à la questions du futur scientifique. Et elle le regardait dans les yeux durant quelques secondes, légèrement perdue. Légèrement paniquée aussi, parce qu'elle ne savait pas répondre. Elle ne savait pas répondre à une question aussi simple. Peut-être qu'elle n'était pas si douée que ça au final. « Je dirais ….... Go-tassium ? » Sourire en coin. Sourire crispée. Peut-être qu'elle avait faux. Peut-être qu'il était en train de la juger. De se dire qu'il aurait dû choisir un meilleur binôme qu'elle. Et il aurait sans doute raison. Parce que ça va être à cause d'elle qu'il allait louper ce tp. Et peut-être son année. Et elle attendait son approbation. Et il lui avait sourit. C'était bon ? Sans doute. Elle avait pris la solution pour le verser. Et effectivement. Réaction, il y a eu. Mais pas la réaction voulu. Léger nuage de fumée blanche. Petit bruit d'explosion. Pas seulement le bruit. Une étrange substance avait éclaboussé un peu partout. Sur le plan de travail. Mais surtout Mira. « ….. Oops. » Sourire crispée sur son visage. Sourire désolée. Peut-être qu'elle aurait dû attendre qu'il dise quelque chose avant de faire quoi que ce soit. « Attends, je vais te prendre en photo ! T'es adorable même si tu as ce …. truc sur toi. » La Rosenbach avait sorti son téléphone. Histoire d'immortaliser ce moment. Après tout, ce n'est pas si souvent qu'elle provoque une explosion. Enfin, du moins une explosion où une matière étrange avec été crée. Et elle avait un petit sourire sur son visage lorsqu'elle regardait la photo. Un sourire qui s'efface lorsqu'elle vit l'expression de Mira. « Tu le savais ? Que j'avais faux ? » Un léger soupir s'était échappé de la bouche de Meira. Bien sûr qu'il le savait. Mira était bien plus doué qu'elle. Peut-être même qu'il avait voulu la prévenir. Mais non, la brune n'avait fait qu'à sa tête. Elle s'était précipité et voilà le résultat.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
message posté :


Revenir en haut Aller en bas
 

Page 1 sur 1


Outils de modération
 
Sauter vers: