AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


avatar
Invité
Invité
message posté : Dim 11 Juin - 17:11



   
   
comicon isn't for uglies, baby
quand tu parlais de traîner en slip, t'étais sérieuse ?!


« Hestia ! Aux pieds ! Je vais être en retard ! » que tu bougonnes, agaçé par ta chienne.

La bête, au poil blanc comme neige, s'approche puis, par jeu, détale plus loin. T'as presque envie de le vomir, ce satané parc. Mais t'es pas mécontent d'en avoir un proche. Tu supporterais pas de la laisser enfermée à l'hôtel. Déjà que t'as dû payer bien cher pour l'avoir avec toi. T'attrapes finalement son collier, et tu n'as pas le courage de la gronder en voyant ses grands yeux noirs plein d'affection, ou quand tu notes son simple bonheur par le mouvement de sa queue. Tu la ramènes à l'hôtel, où tu pries pour que ton tee-shirt que t'as repassé ne soit pas déjà plein de poils blancs. Tu te douches rapidement, tu t'habilles d'un simple jean, tee-shirt à l'effigie d'un héros de comic que tu adores, et baskets. T'as quand même l'air barraqué. T'y peux rien, si ton métier est physique.

Tu sautes sur ton bébé. Ta moto, rutilante et verte, comme un insecte toxique, une grenouille, l'herbe. Tu roules, pas trop vite, allant jusqu'au centre-ville. Heureusement que t'es en deux roues, sinon t'aurais du te taper les bouchons. Finalement, t'atteris devant le petit bâtiment où à lieu l'événement. Un petit comité, avec des auteurs, des dessinateurs, des illustrateurs. Y'aura même cette fille. Tu souris en rentrant, après avoir payé l'entrée. Ta haute stature te permet de te repérer aisément, mais tu fais pas gaffe à la foule. Tu penses à elle.

Vous avez joué ensemble. Vous vous êtes connus, au point que t'es venu à l'apprécier. Sauf que, lors de vos parties de jeux vidéos, ou quand elle te demandait ton avis sur une planche, tu ne savais pas à l'époque que c'était une fille. Tu l'avais toujours vue comme l'archétype du geek. Quand t'avais vu sur son blog qu'elle était une fille, ça t'avait un peu détruit. Tu comprenais les raisons de ses refus, quand tu proposais une partie de jeu avec micro. Mais tu lui en avais pas voulu, en l'imaginant comme un cliché de jeune fille un peu laide, un peu geek. T'aimais son boulot, et tu l'admirais pour ça. Pour son style graphique qui te fascinait. On peut dire qu'elle t'avait un peu ouvert les yeux, et t'avais arrêté, pendant un temps, de voir les femmes comme des êtres faibles. Quand t'avais lu qu'elle venait faire des dédicaces, t'avais sauté sur l'occasion pour lui faire la surprise. Vous vous étiez jamais vu, après tout - mais t'appréhendait pas un seul instant. T'étais jamais nerveux - c'était, après tout, juste une pote. Rien d'autre, quoi de plus banal. Ce qui t'excitait le plus, c'était de la voir à l'oeuvre.

Tu t'approches du stand. Tu esquives quelques silhouettes, la foule concentrée en différents endroits du bâtiment. Il y a des gens, mais surtout une jeune femme. Elle a de longs cheveux noirs, et de jolis traits. Tu hésites - Korra n'a pas l'air d'être là. Mais est-ce que tu vas t'enfuir, en laissant échapper cette occasion ? Tu peux toujours demander à son assitante. Elle a l'air de dessiner, ou d'écrire des trucs. Peut-être qu'elle s'occupe de la paperasse ? Si t'vais une assistante, tu la laisserais gérer les trucs complexes, style papiers administratifs. Tu détestes ça.

En passant ta main sur ta veste en cuir de moto, le casque dans une main, tes baskets de ville faisant un bruit discret sur le parquet, tu t'immobilises en face du stand. Tu la fixes un instant, cette jolie inconnue, avant de demander, d'une voix base, grave, un rien musicale : « Est-ce que Korra est là ? » puis, un peu malgré toi, t'enchaînes, ton regard se posant sur la demoiselle, un sourire un rien séducteur aux lèvres, « Elle ne m'avait pas dit qu'elle avait une si jolie assistante. »

   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Dim 11 Juin - 18:09



comicon isn't for uglies, baby
josh & korra


« Spock ! Dépêche toi ! »

T'es dans la rue, encore crépuscule, ville encore à moitié endormie, et tu presses ta boule de poil immaculée. Il jappe joyeusement et tu manques de faire tomber le carton à dessin sous ton bras, ton dos mis à rude épreuve pas le sac qu'il porte, poids accentué par tout ton matos de dessins, ton ordinateur portable, et tout le bazzart que tu dois apporter à ton stand. Heureusement, les fanzines, les marques pages, les badges, cartes postales et autres goodies que tu espères vendre aujourd'hui ont été livrés la veille.

Ce n'est pas la première fois que tu fais un petit évent comme ça, mais c'est le premier dans ta ville, alors forcément tu es un peu stressée. Hors de question de laisser Spock seul à la maison jusqu'à la nuit alors tu as réussi à convaincre les organiseurs de pouvoir le prendre sur ton stand, bien sage sur une couverture et attendrissant les passants. D'une pierre deux coups.

Mais il traîne de la patte, Spock, alors tu te retrouves à devoir le porter de ton seul bras libre. Petit brin de femme chargé qui traverse les rues de la ville d'un pas pressé. Par miracle, tu arrives à l'heure. A l'heure pour installer ton stand, catégorie par catégorie. Les illustrations pour enfant d'un côté, les comics de l'autre, au milieu ton espace pour dessiner et faire des commandes sur mesure en échange d'une petite rémunération. Le staff de l'évent est aux petits soins pour les différents auteurs indépendants présents et tu ne te fais pas prier pour les accompagner fumer une cigarette en compagnie de Spock avant l'ouverture officielle des guichets.

Et voilà, la fosse est ouverte. T'es assise sur ton siège, Spock allongé à tes pieds et tu mâchouilles un crayon à papier en voyant les premiers visiteurs entrer dans le salon. Y a cette sensation d'excitation et d'angoisse à la fois, alors tu te détends en gribouillant quelques croquis. Tu dessines la foule, floue, de plus en plus dense. Parfois, un visage t'interpelles plus qu'un autre, alors tu t'y attardes avant de passer sur un autre. On vient visiter ton stand, mères et enfants devant tes illustrations mignonnes, Spock en est souvent le héro. Bandes de potes et geek face à tes reproductions et tes comics. Ta plus belle pièce aujourd'hui reste sans doute cette illustration de Jean Grey en Dark Phoenix, et tu es fière de voir les regards appréciateurs des visiteurs. Tu vends même rapidement quelques marques-pages et des cartes postales, finissant une transaction par faire le portrait d'une petite fille sur demande.

En somme, c'est une bonne journée qui commence, et il est difficile d'ôter ton sourire étirant tes lippes. Tu profites d'une pause pour d'ailleurs les maquiller à nouveau, tes lèvres, teintes délavées par le thé que tu bois depuis le matin. Tu as beau être plongée la plupart du temps dans tes dessins, et tes jeux vidéos, tu aimes prendre soin de toi. Tu aimes avoir de beaux vêtements, êtres coquettes, et encore plus dans un jour comme celui-ci où tu apparais en public. Mais il te fallait aussi être confortable, alors c'est d'un jean moulant que tu es affublée, dans lequel est rentré le bas de ton chemisier fin et d'un blanc aussi éclatant que Spock. Une paire de derbies à talons, et un foulard coloré noué autour de ton cou gracile, voilà qui est bien loin de l'image que les gens penseraient avoir d'une telle geek. Mais tu aimes surprendre, tu aimes les imprévus. Mais tu ne t'attendais pas toi-même à en vivre un.

Tu ne t'attendais pas à entendre cette voix, que tu connais maintenant presque par coeur dans toutes les intonations possibles. Ou presque. Tu ne connaissais pas celle-là, dragueuse, charmeuse. Alors elle te fais presque douter, cette intonation, sans compter qu'il en remet une couche le beau brun, avec un sourire séducteur. Avec un compliment inattendu. Tu le fixes, ayant relevé la tête du dessin en cours, la bouche légèrement ouverte sous la surprise. Tu n'es pas sûre que ce soit lui, et si tu te trompais ce serait un peu la honte... Alors plutôt que de mettre les pieds dans le plat, tu préfères te racler la gorge en te redressant un peu d'un air sérieux, petit sourire en coin malgré tout.

« Qui la demande ? » que tu fais mine de t'enquérir en croisant nonchalamment les bras sur le dessin, histoire de ne pas griller ta couverture. Non, tu ne te dévoiles pas de suite, parce que la situation pourrait être amusante et qu'avant, tu as vraiment envie de savoir si ce bel homme est bien la personne à qui tu penses, et que tu connais depuis bien des années maintenant sans jamais l'avoir vue pour autant. Tes yeux bridés, perles d'ébène brillantes, papillonnent pour encore détourner son attention, tandis que Spock se réveille et commence à lui renifler les chaussures.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Dim 11 Juin - 18:31



   
   
comicon isn't for uglies, baby
quand tu parlais de traîner en slip, t'étais sérieuse ?!


Tu pourrais presque te sentir de trop. La plupart des gens, ici, ont l'air simples. Certains sont déguisés. Toi-même, t'as mis un te-shirt à l'effigie du héros de Korra. Un petit clin d'oeil, dirons-nous. Tu te sens floué de l'avoir jamais vue ni entendue, quand elle a pu ouïr les sons de ta voix. Tu te dis que t'aurais dû insister. Au moins voir ses traits. Peut-être que t'aurais dû t'intéresser plus à elle. Mais vous allez vous voir, alors quelle importance, ce que tu as fait ou n'as pas fait ?

Tes yeux noirs se voilent d'un léger amusement quand tu détailles l'inconnue. Coquette, féminine. Ton type de fille. Les jolies. Celles qui te font te sentir encore plus mâle. Elle a les yeux d'un noir différent du tien. Tu remarques leurs longs cils, maquillés. Tu la vois te jeter un regard, et tu ne comprends ni ne remarques vraiment le divertissement de ses prunelles sombres.

La question est légitime, et vacillant sur un pied, tu hésites soudain. Ton vrai nom ? Tu ne sais même plus si tu le lui a donné. Ton pseudonyme, peut-être, est plus pertinent, utilisé ici. Tu inspires, gonfles ton poitrail musclé, sous le cuir qui craque de ta veste, et réponds, sans plus aucune incertitude.

« Vous pourriez lui dire que Aramis la sollicite. »

Tu détournes le regard, les mains dans les poches, puis tu sens une petite présence à tes pieds. La créature est blanche, au point qu'un instant tu sembles voir Hestia ; bien évidemment, ce n'est pas elle. Juste un autre chien. Involontairement, tu plies les genoux, abaisses ta grande charpente, caresses le petit toutou après avoir présenté ta main pour qu'il se familiarise à tes effluves.

« Il doit sentir les odeurs de ma chienne » que tu fais, sans trop savoir pour qui. Tu lèves finalement les yeux, la demoiselle toujours assise. « Comment s'appelle ce petit bonhomme ? C'est votre chien ? » puis tu réalises que, peut-être, elle a du boulot. T'es là pour Korra, après tout. Tu te redresses, avec un sourire, à la fois pour la jeune femme et le canidé immaculé. Tu dirais pas non à lui parler, mais t'as peur de lui sortir des banalités. « Vous êtes seule à ce stand ? » demandes-tu finalement, curieux. Tu voulais dire, à cet instant. En ce moment même. Tu n'imagines même pas avoir à faire à ton amie. Korra ne peut pas être cette créature gracile et douce, au corps parfaitement attirant. C'est inconceable pour ton caractère un peu machiste. Tu hausses les épaules et laisses passer un groupe d'enfants suivis de leurs parents. En tout cas, t'es au bon endroit. Y'a même son nom sur un écriteau. Un p'tit panneau blanc, plié ; Korra Bae. Et puis, y'a deux ou trois connexions qui se font, neuronalement parlant. L'électricité redémarre, et les yeux que tu posent sur la demoiselle sont écarquillés.
Voilà.
T'as capté.

   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Dim 11 Juin - 19:10



comicon isn't for uglies, baby
josh & korra


L'espace d'un instant, il semble gêné, que la secrétaire s'enquiert de son identité. Mais il faut bien, parce que s'il s'agit bien de lui, tu n'as pas envie de passer pour une idiote lors de votre première rencontre. Mais cette incertitude s'envole rapidement, immédiatement remplacée par une sorte d'assurance presque arrogante mais qui esquisse un autre sourire sur ton visage de poupée orientale. Sourire qui s'accentue lorsque c'est à ton tour d'être certaine.

Aramis, le doute n'est plus permis. Tu te retiens de sourire d'avantage, cela paraîtrait suspect. Mais c'est difficile, Korra, et pour tellement de raisons. Parce qu'Aramis, de son véritable nom Joshua, tu le connais depuis longtemps. Des années au bas mot. Partenaire de jeu vidéo rencontré sur l'un de ces derniers. A l'époque où tu te faisais encore passer pour un homme sur les serveurs pour ne pas qu'on t'emmerde de trop, ou pire, qu'on te décrédibilise. Tu avais toujours refusé les conversations vocales, et évidemment tu n'avais jamais mis de photos sur ton blog même si tu parlais au féminin sur ce dernier. Il a dut remarquer que tu étais une femme à ce moment là mais il n'as jamais cherché à avoir une photo, pas comme certains. Tu t'étais dis que cela ne l'importait peu, ou alors qu'il avait déjà quelqu'un, et même, que tu étais trop jeune après tout. Mais cela, tu t'en foutais un peu, tant que tu pouvais jouer et passer du bon temps en ligne.

Mais là, tout est différent. Parce qu'il est venu. Parce qu'il est venu à une de tes petites apparitions publiques. Pourquoi ? La curiosité ? Pour finalement tout simplement, te rencontrer, comme on rencontre un ami de longue date. Quoi qu'il en soit, ça te fais plaisir et ça te fait gonfler le poitrail à ton tour. Spock aussi est curieux, et tu souris d'un air attendri en voyant Joshua le spitz nain qui en réclame toujours plus. « Aramis, voici Spock. Spock, soit gentil avec notre ami, veux-tu. » Même ton sourire retentit dans ta voix, amusée, et tes yeux suivent le mouvement du brun alors qu'il se redresse.

Si tu es seule à ce stand ? Tu hausses un sourcil joueur en posant ton menton dans le creux de ta main. « Ça poserait problème ? » Tu taquines, tu joues, t'es comme ça Korra. Encore jeune après tout, et tu adores ce genre de situation, de quiproquo et de surprises. Il détourne le regard, Joshua, et tu en profites pour glisser le tiens sur lui. Sur son visage de séducteur et sa carrure d’apollon accentuée par le cuir de la veste de moto. Tu ne l'imaginais pas comme ça, à vrai dire, tu ne l'imaginais pas du tout. Mais maintenant qu'il est face à toi, tu ne peux t'empêcher de remarquer sa beauté, ses iris d'un sombre plus noisettes que les tiens, sa chevelure un peu folle, et son sourire... Évite d'en parler encore, veux-tu, Korra. Et puis, la mascarade ne va pas durer.

Non, elle ne dure pas, car à nouveau son regard se pose sur toi. Différent. Étonné, pupilles dilatés sous l'étonnement. Et c'est plus fort que toi, et c'est plus fort que tout, tu exploses de rire, Korra. Tu n'y peux rien, sa tête est hilarante, et ton rire cristallin résonne un peu trop fort, attirant l'attention de certains. Tes mains viennent devant ta bouche pour couvrir le son, et pour te calmer, larmes d'hilarité perlant aux coins de tes yeux en amandes. « Oh god, Josh, si tu voyais ta tête ! » Tu rigoles de bon coeur, Korra, et cette joie contamine Spock qui jappe sous la table comme s'il riait à son tour. « Comme si j'avais une assistante, c'est pas donné ces bestioles ! » que tu lances en réussissant à calmer ton rire, essuyant les perles d'iode à tes yeux, et soufflant légèrement. « Mais merci du compliment, » et oui, t'es obligé de lui en faire la remarque, avec un petit sourire railleur, il t'as bien draguée après tout.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Dim 11 Juin - 19:36



   
   
comicon isn't for uglies, baby
quand tu parlais de traîner en slip, t'étais sérieuse ?!


Le bâtiment est agréable à l'oeil. Tu ne sais pas si c'est la première fois qu'un tel évènement est organisé ici. Tu ne participes pas souvent. T'es plutôt discret. Au niveau du blog de Korra, t'es sûrement le moins stalker des fans. Peut-être parce que, au final, vous vous connaissez. Un bien grand mot, mais elle est une figure récurrente dans ta vie. Un symbole féminin, du moins par son sexe. Et, peut-être parce que cette idée te gêne, dans ta façon de voir la vie, tu ne peux que l'imaginer par le regard d'un homme convaincu que les femmes vont et viennent sans s'arrêter. Tu la vois laide. Ou alors, peut-être qu'elle est homosexuelle, qui sait. Mais tu ne peux la considérer comme une femme normale, car les demoiselles habituelles, elle ne s'arrête pas, dans le train de ton quotidien. Tu les y insères, le temps d'un nuit, ou quelques phases lunaires, sans garder à ta mémoire leurs noms, leurs visages, leurs caresses. Tu te joue d'elle, sans méchanceté, mais sans attachement non plus. Korra, c'est différente. Elle est différente.

Elle est ton amie. Et pour cela, elle ne peut être autre chose qu'un objet de non-désir. L'absence d'envie. Sinon, qu'est-ce que cela deviendrait ? Un sacré bazar. Tu évites de mêler de vraies amitiés au sexe. Tu en es là de tes réflexions, à observer le minois étrangement amusé de l'inconnue asiatique. Tu as la désagréable impression d'être un enfant interrogé sur une question qu'il est sensé savoir. Une connaissance, une évidence t'échappe. Tu n'arrives pas à mettre le doigt dessus. Tu te concentres alors sur le chien, apprécies la douceur de sa robe. « Spock, hein ? » tu murmures, sourire aux lèvres, dévoilant tes dents blanches. Pas de doute, c'est le chien de Korra. T'en mettrais ta main à couper dans le feu. Il n'y a qu'elle pour faire une référence aussi flagrante à la science-fiction.

Est-ce que ça te poserait problème ? A t-elle compris la question, sous-entend t-elle quelque chose ? T'es gêné, soudain. T'as vu ses yeux. Il y a quelque chose chez elle qui te met la puce à l'oreille. Un malaise au creux du ventre. Tu dois trouver ce qui ne va pas, dans cette scène pourtant banale. Qui est cette fille, aux traits délicats, au regard de biche et à l'assurance désinvolte ? Il y a quelque chose chez elle d'étrangement masculin - une espèce de fierté, de confiance que tu n'as que rarement vu, ou voulu voir, chez une femme. Et puis, tu comprends. L'éclat de son rire, joyeux et cristallin, te donne le rouge aux joues.

Tu t'en veux presque d'avoir été le dupe. T'as pas réfléchi - c'est logique, tout ça. Mais que veux-tu ? Elle ne peut pas être Korra. Et pourtant. Tu secoues la tête, et admets un sourire narquois, de l'homme qui a été le moins finaud de l'histoire. « Quelle moqueuse tu fais » déclares-tu d'une voix rauque, avant de secouer encore la tête. C'est elle. Tu n'en reviens pas - elle est magnifique ! Tu n'oses même pas détailler plus en avant son corps, son visage, comme si tu risquais de te brûler. Tu t'approches, pourtant, comme un papillon d'une flamme. Déjà, la familiarité de vos discussions te reviennent, et le malaise se dissipe dans tes veines comme la légère honte à d'être laissé avoir.

« Si j'avais su, jamais les mots n'auraient franchi mes lèvres » que tu rétorques, profitant de ta haute stature pour baisser les yeux vers elle. L'amusement fait pétiller ses yeux, et le sourire va bien à son visage captivant. Bons dieux, si les potes de votre jeu l'avaient vue ! Mais, et si c'était le cas ? Tu comprends certaines allusions, certaines remarques. Ils savaient - et toi, tu ne t'étais jamais intéressé à son physique. Grand mal t'en a pris - tu as raté quelque chose.

«  Pas d'assistante alors ? Même pas Spock ? » Tu as un haussement de sourcils - tu pointes d'un doigt invisible cette référence grosse comme une maison. « Moi qui voulait draguer la jolie auxiliaire de ton stand, c'est raté. Spock a un peu trop de poil pour moi. » Tu adosses vaguement une hanche sur le stand. Une foule semble s'être amassée. La matinée avance, calmement, approchant ses pas d'un midi qui s'annonce beau, au-dehors, les rayons solaires offrant une lumière qui inonde l'espace d'une clarté dorée. « Sérieusement, je t'imaginais pas du tout comme ça. Prends le aussi pour un compliment. Quoi que ... » te moques-tu, avec un coup d'oeil en coin malicieux. « T'as pu faire des dédicaces ? » Ton intérêt est soudain vivifié, et avec le regard d'un gamin, tu observes les feuillets et marques-pages du stand. Tu n'as eu d'yeux que pour elle, pour le moment. Tu sembles redécouvrir le monde qu'elle orne de ses illustrations. Tu souris, observes son travail - quel coup de crayon elle a ! « T'as eu du monde ? C'est à cause d'évènements comme ça que t'as arrêté le jeu vidéo ? Lâcheuse » blagues-tu encore ; lui-même a cessé toute activité de ce style depuis quelques temps, ou du moins joues moins. Ils continuaient pourtant de s'écrire, de parler. Parce qu'il l'aime bien, Korra, et qu'à présent qu'il a vu combien elle est solaire, délicieuse, il se pourrait qu'elle change de rang, dans ses pensées. Et il en a à la fois envie et repousse cette idée.
Ce serait dommage de tout gâcher.
Mais, dieux qu'elle est splendide.

   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Dim 11 Juin - 21:08



comicon isn't for uglies, baby
josh & korra


Tu ne t'en rends pas vraiment compte, Korra, mais t'es cette nana qui a parfois ce genre de sourire adorable et mutin, le nez qui se retrousse légèrement et les yeux pétillants. Surtout lors d'un excès de joie comme en cet instant. Ce n'est pas seulement le fait d'avoir berné gentiment Joshua, ni le simple fait qu'il soit venu à ta rencontre à l'improviste mais... Tu ne sais pas. Tu n'arrives pas à mettre de mots dessus, mais une chose est certaine, sa présence est divine.

Tout comme son air gêné lorsque tu éclates de rire, limite en le montrant du doigts. Mais t'y peux rien, Korra, c'est cette euphorie. Sans doute liée à cette journée qui commençait si bien. Tu t'en rends pas compte, Korra, mais le soleil semble briller plus fort aujourd'hui. Son sourire se fait narquois, sans doute pour cacher sa gêne, sa honte de s'être fait avoir, et il fait mine de retirer son compliment d'un air désintéressé. Tu en hausses les épaules d'un air digne et faussement nonchalant, qu'importe après tout, il n'est qu'un ami. Un ami d'internet, qui plus est, mais qui viens d'entrer dans ta vie d'un air imprévu et quelque part, tu as l'impression qu'il a toujours été là. Sensation étrange, que tu repousses d'un revers de main invisible, tandis que celle tangible fait tourner le crayon à papier entre ses doigts fins.

« Spock n'est pas un vulgaire assistant, c'est l'ambassadeur de mon inspiration, » affirmes-tu en tendant le bras pour tapoter une pile de cartes postales à l'effigie du-dit canin immaculé dans un style mignon, le représentant dans diverses situations comiques du quotidien. « Je travaille mieux en solo, tu le sais, » continues-tu d'un air amusé avant de devoir prendre une moue un peu dubitative aux nouvelles paroles de Joshua. Il ne t'imaginait pas comme ça ? Espérons seulement que ta féminité n'enlève pas à ta crédibilité comme cela est souvent le cas. Cela te décevrait, honnêtement, de la part de quelqu'un avec qui tu t'entends de base si bien en dépit des côtés un peu machos. Mais ta moue un peu boudeuse s'efface bien vite lorsque ton regard se pose à nouveau sur ton ami et aîné, lui-même occupée à dévorer ton stand des yeux. A nouveau, cette bouffée de fierté te fait sourire comme une enfant un matin de noël et tu grattouilles vivement Spock, venu sur tes genoux entre temps, derrière les oreilles.

« J'ai eu quelques personnes oui, tu n'es pas le seul a être étonné que je sois une femme, et que je sois... différente de ce qu'ils pensaient : des adolescents ont même voulu prendre un seflie, » racontes-tu en riant légèrement, les yeux toujours aussi pétillant. De ta main qui ne caresse pas Spock, tu reprends le crayon à papier pour continuer le croquis que tu faisais avant que Joshua ne fasse son entrée remarquée et remarquable. « C'est vrai que j'ai beaucoup moins le temps de jouer, tu dois manquer de personne de talent dans tes team non ? » Taquine, encore et toujours, mais tu reprends sérieusement. « Même si je n'arrête pas vraiment le jeu vidéo, j'aimerais beaucoup pouvoir faire des artworks et des design pour certaines licences, du coup j'ai commencé à suivre en auditoire libre quelques cours d'architecture, pour pouvoir mieux bosser mes planches et mes backgrounds. »

A la fin de ta phrase, tu regardes Joshua avec, sans t'en rendre vraiment compte, un petit sourire rêveur. Tu as toujours réussi à parler plus ou moins librement avec lui, même s'il ne s'agissait que d'écrits pour ta part. Il n'y a jamais vraiment eu de gêne, de tabous, mais maintenant qu'il se trouve face à toi, c'est différent. Et pourtant évident. Tu es assise, certes, mais tu te rends compte qu'il est bien grand, tout de même, même si la plupart des occidentaux sont plus grands que ce à quoi tu étais habituée en Corée. Et il y a cette mâchoire, couverte d'une barbe naissante, et... Suffit, Korra. Qu'est-ce que tu es en train de faire, hein ? Tu ne vas pas mater Joshua alors qu'il est gentiment venu te rendre visite, et certainement pas dans le but de te draguer puisque visiblement, il ne s'attendais pas à ton physique.

« Sympa ton tee-shirt, » que tu lances avec un énième sourire, machine à sourires que tu es, en désignant le-dit vêtement que porte le brun. Il doit sans doute s'agir de son héros préféré, alors tu prends une nouvelle feuille et commence à aiguiser ton crayon. « Tu es venu voir qui d'autre ? » Parce que oui, il ne faut pas se leurrer, il y a sans doute d'autres artistes qui intéressent Joshua dans le salon. Il n'as pas payé son billet uniquement pour tes beaux yeux, alors tu poses la question en lui lançant un regard avant de commencer à tracer des lignes directrices sur le papier immaculé.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Dim 11 Juin - 22:36



   
   
comicon isn't for uglies, baby
quand tu parlais de traîner en slip, t'étais sérieuse ?!


Il y a une atmosphère que tu n'identifies pas. Grisant. Comme rouler à deux cent kilomètres heure, le vent dans les cheveux. Sans les moustiques. C'est une ivresse des sens, qui est délicate, subtile, comme un parfum sucré, ou la couleur se mélangeant à l'eau d'une aquarelle. Elle a le rire peu discret, mais ça ne te dérange pas. T'as rien contre les gens exhubérants, au contraire - tu l'es bien toi-même, en dehors du travail. Et surtout quand tu as trop bu.

« L'ambassadeur, carrément. Et il n'a même pas le droit à une cape ? Hé, psst, Spock, je connais un bon avocat » fais-tu mine de murmurer au chien dont le regard attentif te suis quelques secondes avant de retourner sur sa maîtresse. Mais tu ne peux que louer -silencieusement- le travail de l'artiste féminine. Les différentes poses du chien sont adorables, tantôt comiques, tantôt délicates. Tu jettes un coup d'oeil à Korra ; tu imaginais pourtant une foule de gens l'aidant. Peut-être parce que ce qu'elle fait te semble si difficile qu'une seule personne te paraît trop peu pour le faire.

« Le début de la gloire » ironises-tu, sachant que la demoiselle avait déjà une certaine notoriété. Tu te sens presque éclaboussé de sa gloire à elle, de la connaître. Et puis, des adolescents appréciant les comics, face à une telle beauté ? Tu ne t'étonnes guère qu'ils aient désiré immortaliser l'instant ; tu ne t'y abaisseras pas. Tu espères bien n'avoir pas à faire un tel geste pour admirer encore ses yeux. Ils semblent insondables, d'une noirceur insoupçonnée ; tu ne sais dire s'ils sont ombrés de ses longs cils, ou si leurs ténèbres sont naturels, comme des tourbillons autour de ses iris. Tu as du mal à te détacher de ses grandes prunelles féminines. « On peut dire ça. Mais je manque de temps aussi, pour être honnête. Quand tu nous as quitté, je n'ai pas pu supporter de jouer sans toi. » La voix aux accents moqueurs, tournant en dérsion les relents d'amour de films à l'eau de rose. Tu lui balances une grimace comme elle fait ses sourires, avec naturel ; une main dans la barbe broussailleuse, les lèvres troussées vers le haut.

« Des licences de jeux vidéos, ou des planches papier ? » Tu t'intéresses, mais t'y connais rien. Une gamine de deux ans dessine mieux que toi. Les bons hommes bâtons, à côté de tes oeuvres, sont des Mona Lisa en devenir. Disons que t'as rien loupé en ne faisant pas d'études d'arts. Ou même de métier créatif. Les seuls trucs que t'arrives à bricoler, c'est les mécaniques de ton bébé d'amour. Ta moto. Ton engin rutilant.

Tu rends à Korra son sourire. C'est un réflexe. Tu as un peu perdu de ton ton charmeur - mais pas comme si tu abandonnais, même si l'idée de la draguer te semble contre nature. Tu n'as pas envie de te jouer d'elle. Ce serait un incommensurable gâchis. Elle est ton amie. On ne blesse pas ses amis - tout féminin soient-ils. Tu détournes le regard, peut-être parce qu'à vous observer comme ça, vous aller vous user. T'as l'impression que ton corps heurte silencieusement le vide entre vous deux, pour le combler. Tu frissonnes, avec une sensation de déjà vu, de déjà vécu.

Sympa tes seins. Comment peux-tu avoir une telle pensée ? Tu retiens un gloussement face à cette répartie qui te brûle les lèvres. Tes yeux suivent les mains délicates, aux doigts fins, qui se mettent à travailler, au point que tu écoutes d'une oreille distraite avant de sursauter et de reprendre la conversation à l'envers, pour répondre à la question qu'elle a posé - de toute évidence elle t'a interrogé et attend une réponse. Mais elle s'est mise à dessiner, et c'est aussi hypnotique, ces mouvements du poignet, des doigts, que la vision de sa peau pâle, de ses cheveux sombres, de ses yeux tout aussi noirs. Tu t'éclaircis la gorge, pour répondre, et tu pointes du doigt, au hasard, trois stands. « Lui, lui, et elle. J'ai aucune idée de leurs noms, mais il ne faudrait pas que tu crois que je ne suis venu que pour toi, alors chut » fais-tu en mettant un index sur tes lèvres avant de sourire d'un air guoguenard.

« Je dois en déduire que tu habites dans le coin, ou tu t'es déplacée exprès ? » Pure curiosité. Tu te sens obligé de faire l'humour. « Je compte revendre cette info sur internet. Dis-moi le plus de détails possible, tes fans ne demandent que ça. » Nouveau sourire de toutes tes dents. Et puis, sans que t'y comprennes grand chose, tu te dis qu'elle doit être mariée, ou avoir trouvé ce que les femmes appellent leur âme soeur. Ce genre de niaiserie que tu ne crois pas. En lesquelles tu ne places aucune foi - pourtant tes doigts, discrètement, viennent effleurer le bas de ta nuque où les mots sont gravés, en mimant un geste naturel. « Alors, comme ça, des fans étaient surpris de voir que tu étais une femme ? » T'as buté sur le dernier mot. « J'ai moi-même mis du temps à le comprendre - ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille, ce refus de partager ta jolie voix au micro. » C'est une petite cachottière, qui tenait à sa vie privée. A tenir secret son sexe, son identité. Cela pouvait se comprendre. « Mais, j'y pense - t'es toute jeune. T'avais quel âge, durant nos parties ? Huit ans ? » Tu te moques encore.

Tu te tais soudain, des fans étant en approche. Un nouveau groupe d'adolescents, qui s'approchent rapidement. Tu te pousses, pour leur laisser le choix sur les produits que vend Korra. Tu en profites pour observer la scène. Tu sens une bizarre fierté à la voir ainsi plaire aux autres - et, à en croire certains regards, il n'y a pas que son travail qui plaît. Pointe de jalousie. Comme si votre amitié te donnait des droits. C'est bête. « On peut choper un café où ? » tu demandes, en interrompant peu discrètement la conversation, les sourcils haussés. Tu la couves du regard. « Je t'en ramène un ? » Ou alors elle préfère le thé ? Tu sembles avoir un trou de mémoire - qu'est-ce qu'elle préfère, dans la vie ? D'un autre côté, qu'est-ce que ça peut te foutre ? Tu fais ça par politesse. Tu lui ramèneras ce qu'elle a demandé, si elle a besoin d'un truc. Tu te sens mal à l'aise, avec ta grosse veste de moto et ton casque à la main - t'as chaud, et tu retires ta veste, et non sans fierté tu dévoiles les muscles longuement scupltés. T'as la chance d'être grand - et d'une finesse musclée. Peut-être que, finalement, t'essayes de faire de l'esbrouffe.
Ca, ça te ressemble plus.

   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Lun 12 Juin - 9:23



comicon isn't for uglies, baby
josh & korra

La gloire, hein ? Ce n'est pas vraiment quelque chose que tu recherches, alors cette mention te fais hausser machinalement les épaules. Il est vrai que tu commences à réussir à vivre de ce que tu fais, mais uniquement parce que tu enchaînes les activités : un bouquin pour enfant à illustrer par-çi, une convention avec quelques ventes par-là, sans parler de ton blog et de ton site internet, c'est eux qui te rapportent le plus au final. Mais ça reste en dents de scies, et tu aimerais te stabiliser d'avantage.

Mais tu n'as pas vraiment le temps d'y penser, ou plutôt l'intégrité, parce qu'il y a son regard qui semble te dévorer sur place et que tu ne sais pas trop comment l’interpréter. Comme il l'as dit, Josh ne s'attendait pas à ce que tu sois "comme ça", mais finalement, est-ce une déception ? Ou pas ? Et après tout, qu'importe de son avis ? Cela ne vous empêchera pas de discuter à nouveau, et même peut-être de jouer, après tout. Il en parle, de jeux d'ailleurs, de ton départ des réseaux, avec un air faussement dramatique qui te fais pouffer de rire derrière ta main. « T'es con, » que tu laisses gentiment échapper en secouant la tête, le tout ponctué par un jappement de Spock : il aime toujours se mêler des conversations.

Il continue de s'intéresser à ce que tu lui dis, en tout cas, à ce que tu fais, car il te poses des questions et tu hoches un peu la tête tout en reprenant ton dessin. « Les deux sans doute, mais j'aimerais aussi beaucoup faire dans le design de personnage, pourquoi pas devenir chara designer quoi. Je ne sais pas trop, il y a tellement de possibilités et je n'ai pas envie de me cantonner à une seule spécialité... » Ton visage s'orne d'une moue pensive à la fin de cette phrase mais elle s'estompe vite face au sourire que te rends le brun séduisant. Il faut bien être honnête, lui non plus n'est guère près du cliché des geeks. Et, puisqu'on parle d'honnêteté, avouons aussi que tu en croquerais bien un bout, du mousquetaire en blouson de cuir.

Heureusement, il détourne l'attention en répondant à ta dernière question et tu suis du regard les stands qu'il indique, un sourcil un peu relevé. L'un des trois est un artiste spécialisé dans les hentai, yaoi, yuri, et autres oeuvres japonaises érotiques mais ça, Joshua ne doit pas s'en douter. Tu comprends un peu mieux alors qu'il fait mine de te confier, sur le ton du secret qu'en effet, il n'est venu rien que pour toi. Et ça, ça élargi ton sourire, dispose même un peu de rouge sur tes joues, mais tu te sens obligée de le taquiner tout de même : « Ca me rassure, j'ai cru que tu étais adepte des tentacules, l'espace d'un instant, » que tu lances d'un air railleur. Il semblerait que vous charrier soit rapidement et automatiquement devenu un mode de communication entre vous, et ça te plait. « J'ai toujours vécu ici, » réponds-tu avant de préciser d'un air évident mais qui ne l'est pas forcément : « Enfin depuis dix ans, environ, j'étais en Corée avant.. ça. » Légère ombre dans les yeux, c'est toujours difficile pour toi d'évoquer ta vie d'avant, d'avant la mort de tes parents, alors tu chasses tout ça rapidement au même moment où tu gommes un trait disgracieux.

Le dessin, bien entendu, sera pour Joshua mais tu gardes le visage pour la fin, pour faire durer le suspens, et en attendant tu te contentes d'esquisser. Oui, tu vas plutôt lentement que d'habitude, peut-être parce que cela te donnes l'impression de le faire rester un peu plus. Il vient d'arriver, tu ne sais pas ce qu'il a prévu de sa journée, mais tu n'as pas envie qu'il parte, c'est aussi simple que cela.

« C'est compliqué d'être une femme dans ce milieu, » que tu justifies à sa remarque sur tes refus passés de conversations vocales. « Inscris toi avec un pseudo et une photo féminine, et tu verras que les gens sont plus intéressé par la couleur de ton soutien gorge que tes skills. Et j'avais déjà eu mon lot de clichés et de harcèlement à l'école, » le ton se veut désinvolte, accompagné d'un sourire presque amusé, mais c'est aussi quelque chose qui fait partie des sujets sensibles que tu n'aimes pas spécialement aborder, mais qui font partie de toi malgré tout alors qu'il est difficile de renier. Tu as heureusement l'occasion de détourner un peu l'attention avec une moue outrée alors que tu répliques ensuite : « Oh, eh, je viens d'avoir vingt-quatre-ans quand même, dénigre pas ma jeunesse simplement parce que t'es qu'un vieux ! » L'humour, encore et encore, il se moque alors tu te moques en retour, et vous échangez encore ces sourires qui ne veulent rien, et tout dire à la fois.

Mais on vous interrompt, petit groupe d'adeptes de ton travail qui te ramène à la réalité. Non, ce n'est pas un rendez-vous, un date, ou n'importe quoi, tu es censée travailler. Joshua semble le comprendre et recule légèrement pour laisser place aux adolescents. Certains ont amenés des produits achetés sur ton site internet pour que tu les dédicaces, d'autres en achètent directement sur place. Alors qu'ne jeune fille s'extasie devant le modèle vivant Spock, Joshua vous interrompt à son tour et c'est un réflexe que tu as de lever la tête vers lui avec un grand sourire. « Il y a des distributeurs à l'entrée, boissons chaudes et boissons fraîches. » Tu te lèves de ta chaises, laissant la place à la gamine qui papouille Spock, et fais le tour du stand pour venir face à Josh. Ainsi, il te parait encore plus grand, ou toi plus petite malgré tes talons. Rougeurs sur tes joues et tu prends son casque ainsi que sa veste en essayant de retenir tes prunelles de s'attarder sur.. sur lui. Sur sa carrure musclée et, oh seigneur Korra. « Je vais te garder ça, ne t'encombre pas. » Aussitôt dit, aussitôt fait, tu mets ses effets personnels bien à l'abri derrière ton stand avec ton sac à main et ton manteau. « Je veux bien un thé glacé, vert si possible, sinon ce qu'il y aura. » Il fait déjà bien trop chaud pour un café brûlant, et tu dois d'ailleurs déboutonner le haut de ton chemisier d'un geste de la main.

Lorsque Joshua s'éloigne pour aller chercher les boissons, tu pousses un bref soupir mais tu n'as guère le temps de te laisser aller à tes pensées car tu dois t'occuper du reste du groupe. Un jeune couple demande un portrait express d'eux, avec un petit bonus Spock, et finalement, toute la troupe fait un selfie général avec toi. Ils t’emmènent au ciel, les gens comme ceux là, et tu les regardes partir avec moult révérences. Oui, c'est quelque chose que tu n'as pas perdu en dépit d'une décennie dans ce pays, et tu n'aimes pas du tout faire la bise comme on dit, ni même serrer la main.

De nouveau seule, plus au calme, tu reprends place face à ton dessin de Joshua dans la tenue de son super-héros préféré. Là, par habitude, tu accélères un peu plus le coup de crayon et viens rapidement le moment où tu t'attaques au visage. Tu as cet avantage d'avoir une très bonne mémoire visuelle, Korra, et c'est avec précision que tu trace ses contours. Alors, c'est comme si le reste du monde n'existait plus, tellement tu es concentrée sur ta feuille de papier. Tu esquisses la forme de sa mâchoire, remonte pour positionner ses yeux sombres, redescend à nouveau pour le nez, continue par la ligne fine, arrogante et narquoise de son sourire. Totalement absorbée par ton dessin, tu ne remarques même pas si il revient, et continue ta petite oeuvre en te mordillant la lèvre sous la concentration, sourcils légèrement froncés, et devant régulièrement mettre derrière l'oreille une longue mèche de cheveux tombant devant ton visage.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
message posté : Mar 13 Juin - 8:36



   
   
comicon isn't for uglies, baby
quand tu parlais de traîner en slip, t'étais sérieuse ?!


Tu pensais pas que ça se passerait aussi bien. Vous êtes là, comme deux grands gamins (enfin, grand, surtout toi) et à pouffer de rire toutes les trois secondes, riant à vos vannes, à vos quolibets. T'as presque l'impression d'être au micro avec la team. Rien n'a changé - rien ne change, hormis cette beauté diaphane, quasi cristalline, de Korra. T'es toujours un peu sous le choc. Ca te prend aux tripes - même plusieurs minutes après cette révélation digne d'une série B. Tu la regardes, tu détournes les yeux, et quand tes prunnelles se posent sur elle, t'as quelque chose dans le ventre qui remue. Tu mets ça sur le compte des tacos de la veille. Ou du besoin de café - une vraie drogue, pour toi.

« Du chara design, hein ? » que tu dis doucement, comme avec beaucoup de délicatesse. Tu caresses du bout des doigts une esquisse de dessin qu'elle a faite, et tu hausses les épaules. « Tu pourrais. J'veux dire, t'es talentueuse, et tu t'y connais. T'as toi-même joué aux jeux vidéos. Tu sais comment ça fonctionne - ou plutôt tu connais les besoins des joueuses. Je pense que si t'as envie de te lancer là-dedans, même sans te spécialiser, tu réussiras. » Comme si tu pouvais douter une seule seconde que, quoi qu'elle entreprenne, niveau arts, elle puisse échouer. Tu suis son blog depuis longtemps. Des années. T'aimes son travail, comme t'aimes le boulot bien fait - elle y met sa passion, et tu te sens touché par ça. Tu lèves les yeux, et souris, docilement. T'as franchement bien fait de venir. Tu regrettes pas une seule pico-seconde.

Tu te destabilises une seconde - tentacules ? Tu frémis en voyant les produits des stands que tu as montré, et tu grimaces, langue dehors, dans une moue de dégoût. « Oui, non, je vais pas jusque là. Les poulpes et autres créatures à tentacules, je les aime pas, même dans mon assiette. » Tu grimaces encore et te détournes physiquement du stand de hentaï. T'as jamais aimé ça. Des dessins animés porno ? C'est quoi l'intérêt ? Tu retournes à la conversation. Tu prends un mot à la volée. T'as un froncement de sourcils, puis tu chasses ta méfiance. Tu remarques qu'elle a l'air un peu ... distante. T'enchaînes, pour ne pas la laisser à sa part d'ombre. « J'suis allé en Corée, y'a ... ouai, dix ou douze ans, je sais plus trop. Auprès d'un grand maître des arts martiaux. Ca m'a servi pour mes rôles de cascadeur. Mais bon, ça c'était avant. » Tu prononces les mots sans aucune animosité, mais cela réveille quelque chose. Korra est au courant - elle était déjà dans ta team, quand tu as eu ton accident. Elle a suivi ton rétablissement. Encore une ancre dans ta vie.

La conversation sur les jeux vidéos amène un sujet qui te laisse perplexe. « Disons que la gent féminine est rare sur les forums. Ou, du moins, les filles jugées mignonnes. Un mec face à une demoiselle partageant l'amour d'un jeu, et qui a un minois sublime, tu m'étonnes que ça attise les hormones des ados. » T'as jamais été dans une telle situation. T'as jamais eu trop de préjugés, toi. Enfin, si, mais quand t'étais adulte. Quand les gens te jugent bête, juste parce que t'as des muscles, ou que t'es un peu con, des fois. « Vieux ?! » tu t'exclames, une main théâtralement mise sur ton coeur. « Attention à ce que tu dis, tu pourrais te prendre un coup de canne, jeune insolente. »

Bon, au moins, suite à l'arrivée du groupe de fans, t'apprend de Korra qu'il y a un distributeur. Tu vas avoir droit à tes quinze cafés d'affilé, t'es content, comme un chien à qui on donne une friandise. Tu es surpris quand elle prend tes affaires de moto, mais tu juges le geste logique et sensé. Tu la laisses donc entreposer tes affaires. Tu lui souris pour la remercier - t'es un peu flatté qu'elle s'occupe de toi comme ça, alors qu'elle a des clients. « Entendu, chef, je vous rapporte ça tout de suite, vos ordres sont mes désirs » que tu te moques gentimment, avant de lui lancer un dernier sourire et de t'éloigner.

Le distributeur est facile à trouver. Tu bois un premier café, t'en prends un second, noir comme la nuit et sucré comme le péché, comme disait ta grand-mère. Tu prends deux petites bouteilles de thé vert glacé, comme l'a demandé Korra, et tu en profites pour faire un crochet par les autres galeries avant de revenir. Ta foulée est féline - l'habitude, lors des foules. T'es pas spécialement non plus prêt à frapper le premier venu, mais quand t'en viens à devoir protéger quelqu'un qui n'est pas toi, il y a cette habitude ancrée, comme si tu devenais un félin en chasse. Tu t'approches doucement du stand de Korra, et tu l'aperçois totalement concentrée. Tu vois son dessin à l'envers, et il a l'air prometteur. Elle est mignonne, concentrée comme ça, avec sa mèche de cheveux qui ne cesse de la gêner. Tu la laisse faire quelques minutes, avant de te glisser derrière le stand pour t'asseoir à côté d'elle sur la chaise à côté.

« Voilà votre boisson, gente dame » dis-tu en déposant deux cannettes de thé. Une légère pellicule de condensation s'est déjà formée, entre la chaleur de la pièce et la fraîcheur du thé. Toi, t'avales ton café d'une seule lampée. « Alors, tu dessinais ... quoi ... » ta phrase s'est ralentie d'elle-même sans pouvoir s'arrêter, parce que tu t'es penché pour voir le croquis, et que t'as - tu crois - reconnu ton visage. T'as l'air plus beau sur le papier - plus viril peut-être ? Tu déglutis et jette un coup d'oeil à Korra. « C'est ça que tu faisais, alors, coquine » tu dis d'une voix rauque, en la poussant gentimment de l'épaule. T'es plus proche d'elle que depuis le début, penché sur son dessin, à quelques dizaine de centimètres d'elle. Vos épaules se sont même touchées. T'as l'impression soudain que vos deux sphères internes se heurtent en silence, comme deux planètes. Tu te recules, le ventre tout retourné. Tu racles ta gorge. Il fait chaud, ici.

« Ils ont pesé leur choix sur quoi, alors ? » tu détournes la conversation, puis, avec un frémissement, tu prends entre des doigts délicatement, comme une fleur cueillie, un marque-page avec un joli lynx roux dessus. Un petit félin au pelage quasi rouge, aux yeux de braise. « Joli » tu commentes, mais t'as presque envie de dire la même chose de la demoiselle à tes côtés. « Alors comme ça, t'habites dans le coin. J'ai une chambre d'hôtel, mais je pense bientôt avoir un travail régulier, du coup, je risque de changer d'adresse. Ou alors je resterai à l'hôtel, va savoir. » Tu sais pas trop pourquoi tu dis ça. Peut-être pour lancer une perche. Vous n'êtes pas si loin l'un de l'autre - géographiquement parlant. « Tu bosses sur tes créations, la journée ? Ou le soir ? Ca doit être difficile, vu que t'es toute seule, mais c'est sympa de voir que les maisons d'édition te demandent du travail » que tu commentes encore avant de te taire. T'y connais rien, faudrait que t'arrêtes de te la ramener. T'oses pas demander si elle vit avec quelqu'un, si elle voit quelqu'un, parce que ça rendrait tangible ta légère attirance pour elle. Légère comme une haltère.

   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
message posté :


Revenir en haut Aller en bas
 

Page 1 sur 1


Outils de modération
 
Sauter vers: