AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

when one only remembers to turn on the light (mira)

avatar
WE ARE A MATCH MADE FROM HEAVEN

à philadephie depuis : 05/06/2017

fleurs cueillies : 55


faceclaim : emily browning

crédits : schizophrenic (avatar), endless love (signature)


occupation : illustratrice de livres pour enfants


supermarket flowers' files
marque d'âme: sorry
animal totem: le lapin
fleur préférée: la guimauve
message posté : Dim 18 Juin - 20:51


when one only remembers to turn on the light
blossom's family
Le crayon entre les mains, elle dessinait. Son esprit vagabondait en même temps que les illustrations qui commençait à apparaître. Son esprit qui commençait à s'aventurer dans cette histoire qu'elle devait donner vie grâces à ces images. Et elle perdait la notion du temps. Elle ne savait plus depuis combien de temps, elle était assise sur cette chaise. Gamine un peu trop âgé qui n'avait même pas remarqué que le soleil se couchait et que la lumière qui l'éclairait n'était qu'artificielle. Elle n'avait pas remarqué que son cadet lui avait laissé de la nourriture juste à ses côtés. Une apocalypse pourrait se déclencher juste à ses côtés que la Blossom ne remarquerait rien. Gamine qui s'étale et pas seulement sur la table. Crayons et feuilles de brouillons qui trouvaient par terre. Sources potentielles d'un accident lorsqu'on connaissant la maladresse légendaire des Blossom. Et elle dessine encore et encore. Mains qui ne s'arrête pas. Mains qui deviennent de plus en plus coloré. Main qui se recouvrent de peinture au fur et à mesure des heures. Peinture qui n'avait pas seulement atterri sur ses mains, mais aussi sur son visage.

Et d'un coup, la lumière n'était plus. Le noir complet. L'appartement se trouvait à présent dans la pénombre la plus totale. Mikki qui lâche son crayon, qui pousse un cri, qui appelle un nom, qui appelle à l'aide. L'obscurité, peur enfantine qui est toujours présente chez la jeune femme. Panique de plus en plus présente, alors que l'appel à l'aide se faisait entendre. Mira, nom qu'elle appelait depuis quelques minutes. Sans doute qu'il ne l'avait pas entendu. Peut-être qu'elle ne l'avait pas appelé assez forte. C'était possible après tout. Mikki, grande gamine qui a peur d'hausser la voix par peur déranger. Peut-être que son cadet ne l'avait pas entendu s'il était dans sa chambre. L'aîné qui pousse timidement cette porte, qui a peur de passer la tête, de le déranger. Mais il n'y avait personnage. La chambre était vide. Mira n'était plus là. Il était parti sans rien dire. Enfin, peut-être qu'il lui avait dit quelque chose, mais qu'elle n'avait simplement pas entendu. Elle devait se débrouiller seule. La dessinatrice n'allait pas déranger son jeune frère pour ça. Elle était assez grande pour se débrouiller toute seule. Mikki qui erre dans cet appartement, qui se cogne à chaque coin de meuble. Et ce n'est qu'après avoir croisé quelques meubles qu'elle avait enfin eu l'idée d'utiliser son téléphone comme source de lumière. Mikki qui essaye de trouver où rétablir le courant, mais qui n'arrive pas. Alors, elle avait envoyé un message à son frère, lui demandant où il était, lui annonçant qu'il n'y avait plus d'électricité et qu'elle ne savait pas comment remettre. Et la jeune Blossom attendait d'une façon très adulte : elle attendait sur le canapé, assise en tailleur, la réponse de son frère à son message. Elle regardait l'écran, cette source de lumière qui l'a rassurait. Et au bout de quelques minutes, il y avait cette notification. Mira qui avait répondu. Et l'illustratrice qui avait commencé à répondre. Puis le drama. Ecran noir. Téléphone qui s'éteint parce qu'il n'y avait pas de batterie. Elle n'avait pas fait attention et maintenant, elle se trouvait seule dans cette pénombre. Panique qui revient et qui ne va pas partir si facilement. Mikki qui ne bougeait pas, qui restait à regarder l'écran de son téléphone comme s'il allait pouvoir s'allumer à nouveau, comme par magie. Mikki qui était restée dans cette position durant plusieurs minutes, jusqu'à ce qu'elle entende un bruit. Une porte qui s'ouvre et la brune qui se redresse tel un lémurien. « Mira ?! » Le nom de son frère qui retentit dans l'appartement. Un nom prononcé avec l'espoir que ça soit bien lui et non pas un voleur qui aurait profiter de cette coupure de courant.

_________________


Be thankful for what you have
Revenir en haut Aller en bas
 

Page 1 sur 1


Outils de modération
 
Sauter vers: